Carnet de voyage : Amsterdam

Les Néerlandaises ont gagné l’Euro de foot : voici une excellente raison de revenir sur la capitale de ce faux petit pays au nord de l’Europe!

 

J’aimerais mieux Amsterdam que Venise, car à Amsterdam on a l’eau sans être privé de la terre.

-Montesquieu

 

Hollande ou Pays-Bas? Vu de France, on se perd souvent sur la dénomination du royaume batave. La Hollande n’est pourtant pas le nom du pays, mais bien de deux provinces -sur les douze que comptent les Pays-Bas- et qui constituent la partie la plus visitée. Et quelle capitale à ce royaume? La Haye? Et bien non! La capitale est Amsterdam, même si la ville de La Haye est connue du monde entier pour abriter la cour  pénale internationale. Dès que l’on entend parler d’Amsterdam, on pense instantanément à ses canaux, nombreux et étroits, qui en feraient presque une Venise du  nord. Son nom est d’ailleurs lié à l’eau puisqu’il signifie « les digues de l’Amstel », la rivière qui entoure Amsterdam. L’eau de la ville semble en effet guider les pas des touristes venus la visiter. Pas facile de changer de trottoir : il faut attendre le prochain pont! Pourtant, la ville en compte au total 1281…

Avec ses 800 000 habitants, Amsterdam est une petite capitale modeste, mais bourrée de charme. On se laisse enivré par les hordes de vélos accrochés au moindre réverbère, on se passionne pour la beauté des musées, et on se laisse emporté par l’odeur empoisonnante qui s’échappe d’un coffee shop.  Rien ne ressemble plus à un canal qu’un autre canal, sans parler des rues, parfois à peine plus large qu’un guidon de vélo!

 

amsterdam-1674530_1920

 

Canaux et patrimoine

Classés au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco, les canaux d’Amsterdam font tout le charme de la ville. Les 3 plus beaux -et les 3 principaux- Herengracht, Keizersgracht et Prinsengracht ont été aménagé en ceinture concentrique à partir de 1560 afin d’élargir la ville et de la doter de quartiers résidentiels. Ils sont bordés de magnifiques demeures, datant du XVII et XVIII en styles baroque, Renaissance, néoclassique ou Art nouveau. On les admire parfaitement depuis un bateau-mouche dans lequel on peut prendre le temps de les observer tout en profitant du canal. C’est sans doute le meilleur moyen pour admirer la ville sans se fatiguer – et sans risquer de finir empalé par un cycliste! En effet, tout le monde semble cohabiter à Amsterdam – la ville compte pas moins de 180 nationalités différentes- mais jamais les cyclistes ne feront bon ménage avec les piétons!

La capitale néerlandaise est également un lieu de recueillement, du quartier juif à la très célèbre maison d’Anne Frank, là où elle resta caché avec sa famille et 4 autres personnes avant d’être déportée à Auschwitz. Même s’il est très difficile de la visiter sans réserver plusieurs mois à l’avance – la file d’attente pour les personnes sans billets « online » fait le tour de la place du carillon, Westerkerk- on ne peut s’empêcher d’être ému devant la façade parfaitement normale de l’Annexe, surtout si, comme beaucoup à travers le monde on a déjà lu son journal. Publié grâce à Otto Frank, son père, le seul rescapé de la Shoah, traduit dans plus de 50 langues, le Journal d’Anne Frank est devenu par sa simplicité et sa force le symbole de l’innocence assassiné.

 

rijksmuseum-2127625_1920

Museumplein : un délice pour les yeux et l’esprit

Amateur d’art ou pas, il faut absolument aller visiter cette place qui regroupe les 3 musées principaux de la ville. Le Rijksmuseum abrite tant de merveilles qu’il représente en quelques sortes le temple de la peinture hollandaise du Siècle d’Or. Il doit d’ailleurs sa renommée à Rembrandt, Vermeer ou Frans Hals. Frère jumeau du Louvre, il partage avec lui un couple de marchands peint par Rembrandt.

Mais on vient aussi à Amsterdam pour admirer les fabuleuses collections du musée Van Gogh, où l’on ne peut que s’éblouir devant le jaune puissant et le bleu profond de la palette de Vincent, peintre torturé, mais génial. Construit en 1973 par Gerrit Rietveld afin d’accueillir les oeuvres du maîtres, il rassemble au total près de 200 tableaux et 500 dessins, sans parler de la correspondance qu’entretenaient Vincent et son frère, Théo. On est enchanté devant les Iris, amusé devant La Chambre, émerveillé par les Amandiers en fleurs, captivé par les Tournesols

 

 

Bref, on peut venir à Amsterdam par curiosité, par envie de la découverte ou pour d’autres raisons moins nobles, mais on en repart changé. L’atmosphère paisible des canaux laisse une trace au fond du visiteur qui, frustré de n’avoir vu qu’un seul des 3 musées, reviendra sans nul doute!

 

Chloé LOURENÇO

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s